12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 14:47

Quand règne dans la quasi-totalité des partis politiques un consensus plat sur les questions écologiques, que reste-t-il à un « parti anticapitaliste » pour se distinguer et faire valoir une approche spécifique ? Sur le site du Nouveau Parti Anticapitaliste en rupture sur ce point avec les traditions marxistes dont viennent en majorité ses militants, un certain Armand Farrachi tente de convaincre ses lecteurs de ne pas céder à l’ « illusion technologique ». 

 

Réchauffement climatique : ne pas céder à l'illusion technologique

 

Au-delà de l’exercice formel qui consiste à accoler des termes fourre-tout tels que « néocapitalisme », « libéralisme », « technocapitalisme », « capitalisme productiviste », pour faire gauche, l’auteur fait preuve d’une telle ignorance qu’on se demande un instant s’il ne s’agit pas de Michel Rocard (*) qui après avoir présidé la commission gouvernementale sur la taxe carbone, vient mettre son incompétence au service de la commission écologie du NPA. 

 

Le pseudo-argumentaire d’Armand Farrachi se limite à aligner toute une série d’affirmations plus péremptoires et lapidaires les unes que les autres qu’il a du glaner en lisant distraitement  la prose écologiste et décroissante puis y ajouter une touche personnelle.

 

 «  On assure, depuis quarante ans, que la science trouvera une solution aux problèmes des déchets nucléaires. Il en est de même avec le réchauffement. »
Parions que la connaissance de notre expert es écologie sur le dossier nucléaire ne va pas au-delà de ce que peuvent en raconter les magazines télévisuels à sensation de France 2 ou d’Arte. En réalité, la gestion des déchets nucléaires, quand bien même certains radionucléides ont une demi-vie de plusieurs millions d’années, n’a rien d’insurmontable. Notre ami préfère donner jouer les Cassandres verts et utiliser les mots chocs, en affirmant que
« (…) que les déchets radioactifs sont une grave source de contamination et que cette technologie menace l’humanité tout entière par la prolifération d’armes et le risque d’accidents apocalyptiques. »

 

L’ironie de l’histoire, est que l’auteur de ce texte qui prétend s’élever au-dessus de la vulgate « techno-scientiste » impute à une technologie un problème qui n’a de solution que politique : le risque de prolifération d’armes nucléaires.

 

Le repoussoir du nucléaire lui sert à rejeter au prix d’un parallèle pour le moins audacieux les techniques (pour l’instant non opérationnelles) de séquestration du carbone : « La séquestration du carbone en sous-sol, qui ressemble furieusement à l’enfouissement des déchets nucléaires, aboutirait à creuser sous nos pieds un monde épouvantable. Et pour quel résultat, puisque les capacités de stockage resteront nécessairement limitées alors que la fringale de pétrole, elle, semble insatiable? ». Bien sûr, les problèmes de stockage de CO2 (surtout une affaire de volume considérable) et de quelques tonnes de produits à haute activité ou de longue durée, c’est kif-kif !!! Dans les deux cas, on nous prépare, n’ayons pas peur des mots, un « monde épouvantable » !

 

Armand  Farrachi, qui n’est pas du tout idéologue, comprend par ailleurs que «les «puits de carbone» ne sont que le nom idéologique des plantations d’arbres. » Des arbres libéraux ou des arbres kolkhoziens, camarade ? Non monsieur, un puits de carbone désigne une réalité physique, qui peut consister en plantations d’arbres et en bien d’autres choses.

 

 

« Compenser seulement les immenses surfaces défrichées à chaque minute impliquerait de reboiser immédiatement toute la Terre, et pour un résultat douteux, car pendant sa croissance, un arbre rejette plus de carbone qu’il n’en absorbe. » C’est deux fois n’importe quoi. Car 1/ compenser « les immenses surfaces défrichées » impliquerait tout simplement que les reboisements produisent annuellement une biomasse équivalente à celle des surfaces défrichées. 2/ Armand Farrachi qui a dû lire quelque part que les végétaux rejettent également du CO2, et qu’une forêt à l’équilibre rejette autant de CO2 de par la décomposition des végétaux morts qu’elle n’en absorbe de par les arbres en croissance, il en a déduit que pendant sa croissance, un arbre rejette plus de carbone qu’il n’en absorbe, ce qui est bien sûr totalement faux. C’est bien en absorbant davantage de CO2 qu’il n’en rejette qu’un arbre fabrique la matière organique nécessaire à sa croissance ! A moins que l’auteur ait découvert un processus de génération spontanée des végétaux ?

 

La moindre des choses qu’on attendrait de la part de quelqu’un qui dénonce des solutions technologiques comme illusoires, c’est qu’il comprenne les problèmes qu’elles sont censées contribuer à résoudre. Surtout quand celui-ci se contente d’opposer à celle-ci un discours creux et vague : «  Pour éviter le pire scenario climatique, il appartient décidément à d’autres forces de proposer des solutions rationnelles, écologiquement efficaces et socialement justes. »
Nous voilà bien avancés….Et que sont au juste ces « solutions  rationnelles, écologiquement efficaces et socialement justes [pour « éviter le pire scénario climatique »]   » ? Vous n’en saurez rien…

 

L’illusion technologique, Armand Farrachi n’en est certes pas victime. Par contre l’illusion que ses lecteurs se contenteront de se payer de mots …

 

Anton Suwalki

 

(*)http://imposteurs.over-blog.com/article-35821326.html

Partager cet article

Published by Anton Suwalki - dans Technophobies
commenter cet article

commentaires

Cultilandes 12/11/2009


Les statistiques sur l'évolution des surfaces forestières dans le monde, pays par pays, sont sur le site de la FAO : http://www.fao.org/forestry/static/data/fra2005/global_tables/FRA_2005_Global_Tables_FR.xls
On y voit que le pays qui défriche le plus, le Brésil évidemment, a "perdu" 3 millions d'hectares de forêt entre 2000 et 2005. C'est 0,06% de sa superficie de forêts (493 millions d'hectares en
2000).  Ces chiffres n'incluent pas les "autres terres boisées", qui ne sont pas recensées dans tous les pays.
Alors qu'en France et en Europe l'étendue de forêt augmente (intensification agricole), elle a diminué de 0,18% à l'échelle mondiale. Il faudrait comparer avec l'évolution des terres cultivées
et avec l'évolution de la population!

Avec votre billet, je suis complètement d'accord. Ecolo pastèques, altermondialos et autres intello-bobos, même topo.


l'autre pierre 12/11/2009



Malheureusement ce genre d’article n’ est pas réservé au NPA


Le cinéaste Harald Kloser pour son film 2012 déclare


« La science n’est là que pour soutenir notre scénario, lui donner une aura de crédibilité.. La science vient en seconde
position, sacrifiée pour l’émotion. »


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/homme_et_societe/20091112.OBS7566/2012_la_science_sacrifiee_pour_lemotion.html?idfx=RSS_sciences&xtor=RSS-29



Astre Noir 13/11/2009


Connaissez vous le bullshit test ?

Pour savoir si un discours a du contenu, prenez l'inverse des propositions de ce discours.
Si cet inverse a un sens, et peut être soutenu par une personne sensée, alors ce discours a un sens. Sinon, c'est du bullshit.

Prenons la dernière phrase d'Armand Farrachi que vous citez, anton :

Pour éviter le pire scenario climatique, il appartient décidément à d’autres forces de proposer des solutions
rationnelles, écologiquement efficaces et socialement justes. »

et prenons la proposition inverse :

"Il appartient de proposer des solutions irrationnelles, écologiquement inefficaces et socialement injustes"

La conclusion est évidente : Bullshit


Sceptique 13/11/2009


Merci à Astre noir pour sa clef de vérification. Je mesurais le vide (avec un b) sidéral de la phrase en question, mais elle me laissait perplexe. Quelle idéologie appauvrissante!
 


anton suwalki 13/11/2009


Bien entendu ce genre de discours lénifiant n'est pas réservé au NPA. Je ne connaissais pas le bullshit test.C'est en effet assez puissant, comme test !


ZOE 15/11/2009


C'est assez rigolot de constater que le discours du NPA rejoint les discours des diverses séctes apocaliptiques . Finalement le NPA est une des composantes de l'idéologie " Nouille-Age " . Le NPA
dénonce lui aussi L'IMMENSE COMPLOT COSMO-PLANETAIRE orchéstré par les financiers cosmopolites à la soldes des extra-terrestres judéo-massoniques qui ont organisé les attentats du 11.09.2001
....... Heureusement en 2012 c'est la fin du monde ? non , mais d'un monde , celui du téchno-capitalo-sionisme qui sera remplacé par LA CIVILISATION DU CHEMIN DU BONHEUR NATUREL ! ! !  donc ,
rien n'est perdu ! ..... OUF ! ! !


Luc Marchauciel 16/11/2009


Dans le numéro de cette semaine du journal  du NPA, on trouve quand même dans le courrier des lecteurs une lettre qui ironise sur cette phrase ridicule à propos de la croissance des
arbres.
Par contre, il y a ausi une brève sur la biodiversité qui est encore une fois n'importe quoi (un truc sur la "nature vivante".... opposée aux "natures mortes" ?)


ZOE 16/11/2009


Je pense qu'effectivement les solutions proposées par les altermondialistes nouille-age sont de fait irrationnelles inéfficaces et socialement injustes , mais c'est vrai qu'elles s'auto-justifient
par le peril apocaliptique qui nous menace et sans lequel il serait trop évident que ces solutions sont irrationnelles inéfficaces et socialement injustes . Sans menace apocaliptique , point de
salut pour l'idéologie du NPA ..... D'où la nécessité de sa propagande apocaliptique .


sterd 17/11/2009


Dans le premier commentaire de Cultilandes, il y a une erreur de calcul :

"On y voit que le pays qui défriche le plus, le Brésil évidemment, a "perdu" 3 millions d'hectares de forêt entre 2000 et 2005. C'est 0,06% de sa superficie de forêts (493 millions d'hectares
en 2000)."
3 millions d'hectares sur 493 millions, ça fait 0,6% et pas 0,06%

Très bien ton article Anton


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog